Émotions garanties au Rwanda

Si on m’avait dit un jour que j’irai au Rwanda…
Le Rwanda, ce tout petit pays d’Afrique coincé au milieu de la République Démocratique du Congo, du Burundi, de la Tanzanie et de l’Ouganda, mondialement et dramatiquement connu pour son génocide l’est aussi heureusement pour ses gorilles. Ce petit pays aux mille collines qui a su pardonner, se réconcilier pour mieux avancer, s’unir pour mieux reconstruire. Ce tout pays qui m’a littéralement donné l’une des plus belles leçons de vie : la résilience.
 
*La résilience est la capacité d’une personne ou d’un groupe à se développer, à continuer à se projeter dans l’avenir, en présence d’événements déstabilisants, de conditions de vie difficiles, de traumatismes parfois sévères.
D’après un document publié en 2000 par la Fondation pour l’enfance (Paris), auquel l’auteur de cet article a largement contribué.

Si on m’avait dit un jour que j’irai au Rwanda, alors j’y serai allée plus tôt !
A l’aube de mes 40 ans et après 18 mois d’inactivité liés à la pandémie du Covid-19, ce voyage m’a littéralement bouleversé.
 
Ce pays gagne à être connu ! Quelques mots pour mieux identifier le Rwanda.
Outre la beauté de ses paysages, de ses parcs nationaux, de sa nature luxuriante, le Rwanda c’est d’abord un pays émouvant. Non, ce n’est pas un pays dangereux !

Paul Kagamé, est pour les Rwandais, un grand président qui a mis en place la notion de « Pardon » dans l’esprit de ses compatriotes pour construire un avenir de paix. Membre du groupe Tutsi, il était commandant dans le Front Patriotique Rwandais, le groupe armé rebelle qui remporta la guerre civile rwandaise et mit fin au génocide des Tutsis en 1994. À son crédit, il a apporté stabilité, croissance économique, lutte contre la corruption notamment (sources : Wikipédia). Souvent considéré comme étant un dictateur, Paul Kagamé est un président apprécié des Rwandais. Il oeuvre à la reconstruction du pays et les résultats sont pour beaucoup probants. « Dans les pays occidentaux, le Rwanda est principalement associé à trois projets politiques : l’égalité des femmes, la promotion des nouvelles technologies et les mesures de protection de l’environnement », énumère la Deutsche Welle.
(https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/rwanda/genocide-au-rwanda/rwanda-l-image-de-paul-kagame-se-brouille-de-plus-en-plus_4639581.html)

Notre guide, un homme de 37 ans, marié et père de 2 jeunes enfants, avait 10 ans lors du génocide. 
Lors d’une soirée, orphelin de père et mère, il nous raconte succinctement comment lui et sa fratrie ont réussi à « pardonner », un processus long et douloureux qui mène à la guérison. Ce crime contre l’humanité fut pendant plusieurs années un sujet dont on ne parlait pas. Avec le temps, pleurer, raconter et partager l’histoire ont permis à un bon nombre de rwandais de tourner la page et de reconstruire une nation sur des bases solides, fondées sur l’entraide et la bienveillance.
 
Puis, nous avons rencontré Bernadette, cette dame Tutsi, à Kinunu lors de la visite d’une station de lavage du café. Exilée pendant 30 ans en Belgique puis à Kinshasa, elle retrouva sa terre natale pour y construire cette station en 2012 avec son époux. Une activité économique aujourd’hui prospère qui aide la communauté locale et permet aux enfants des travailleurs d’aller à l’école.
Un témoignage émouvant, une expérience de vie hors pair.
 
Tout au long de ces 10 jours de voyage, nous avons fait des rencontres émouvantes, nous avons vécu des expériences fortes comme celle de la rencontre avec les gorilles après un trek qui a duré près de 7 heures… Nous avons tissé des liens d’amitiés avec nos guides, les organisateurs de @visitrwanda, le photographe et les participants bien sûr venus des quatre coins du monde.
 
Je pourrais bien entendu, comme toute agence de voyages traditionnelle, vous présenter un circuit type de la destination et faire l’éloge de tous les plus beaux lodges, de charme ou de luxe, que nous avons pu découvrir.
 
Mais, ce voyage mérite bien plus qu’un simple descriptif d’hôtels, le Rwanda est réellement un pays qui gagne à être connu.
 
Il offre ce qu’il y a de plus beau en Afrique :

L’hospitalité, la bienveillance, le sourire…mais aussi des paysages somptueux : volcans, collines, jungle, rizières, plantations de thé, lacs…et bien évidemment une faune extraordinaire : les « big 5 » (lion – rhinocéros – éléphant – léopard – buffle) dans le Parc National d’Akagera, des colonies de singes dans le Parc National de Nyungwe, des gorilles et chimpanzés au Parc National des Volcans.

Des lodges, tous plus beaux les uns que les autres :
–       Magashi et Bisate Lodge du goupe Wilderness Safari
–       One&Only Nyungwe House et One & Only Gorilla Nest
–       Singita Kwitonda Lodge et Kataza House
–       The Retreat à Kigali

 
Ce pays est votre rêve ? Alors nous serons heureux de vous aider à le réaliser. Nous travaillons en étroite collaboration avec les meilleurs prestataires sur place.      
Nous partagerons avec plaisir notre expérience et nos conseils (précieux) lors de la création de votre voyage au Rwanda.
 
Un grand MERCI à @visitrwanda et @rdb pour l’invitation à l’occasion
de la 17e cérémonie KWITA IZINA dédiée aux baptêmes et à la nomination des gorilles le 24 septembre 2021.
 

Ce 17ème Kwita Izina s’est tenu sous le thème « Conservation et tourisme durable – une fondation pour les générations futures ».
Cette année, 24 bébés gorilles de montagne ont reçu un nom selon un rituel traditionnel à forte valeur symbolique par le personnel du parc national des volcans. Ils sont les premiers responsables de la conservation qui les protègent et en prennent soin chaque jour.

Il s’agit des gardes du parc, des guides, des pisteurs et des vétérinaires, pour n’en citer que quelques-uns. En baptisant les bébés gorilles lors d’une célébration solennelle, les autorités rwandaises espèrent attirer l’attention autour de ces primates à dos argenté, une espèce menacée d’extinction, et de sensibiliser à la préservation de la faune sauvage et des animaux en danger.

La Journée mondiale du gorille marque le jour où la célèbre protectrice des gorilles Diane Fossey a créé le centre de recherche de Karisoke au Rwanda en 1967. C’est une journée qui encourage les gens du monde entier à se joindre aux efforts de conservation pour protéger les gorilles à l’état sauvage.
​​
Le projet communautaire fait partie du Programme de partage des revenus du tourisme, dans le cadre duquel 10 % des revenus totaux du parc touristique sont réinvestis dans les communautés vivant à proximité des parcs nationaux en contribuant ainsi à leur développement.

Pour conclure, un immense MERCI à Thierry, notre jeune et talentueux photographe pendant toute la durée du voyage !
(son compte Instagram : Tity_tierry_250)
 
Voici le message touchant qu’il m’a envoyé juste avant mon retour en France :
 
Salut,
 
j’ai également eu le plaisir d’être avec vous lors de ce voyage. Vous êtes incroyable. Je ne sais pas comment je peux te remercier. Juste être là pour te protéger, écouter, s’encourager et s’entraider. Emmanuelle, je ne sais pas comment je peux te remercier mais sois bénie pour ce que tu fais.
 
Au revoir et à bientôt.
Tierry.
 

Une belle leçon de vie.

Cet article est la propriété de ©Mon Plus Beau Voyage

Crédits photos : ©Mon Plus Beau Voyage et ©Tity_tierry_250

Demande de projet
Retrouvez-nous :
Nos coups de coeurs
Nos reporters
Partagez avec vos amis !
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
Découvrez également ces articles